Comparatif Binauralisers

  • -

Comparatif Binauralisers

Category : Son 3D

Pour ceux qui n’ont pas la chance de pouvoir faire des prises de son natives en binaural (tête artificielle ou écouteurs-micros dans les oreilles) il reste la possibilité d’utiliser des plug-ins de spatialisation binaurale.

La plupart d’entre-eux permettent également de « downmixer » un mixage 5.1 ou 9.1 en stéréo binaurale. Cette fonction ayant deux utilisations possibles :

  • si votre station de travail permet le mixage multicanal et que votre control-room a les écoutes adaptées, vous utilisez vos panoramiques internes et n’avez plus qu’à binauraliser le bus de sortie pour le distribuer en son 3D
  • vous souhaitez mixer en multicanal mais n’avez pas l’écoute idoine : placez un plug-in de binauralisation sur le bus de mixage multicanal et vous pourrez avoir un aperçu du rendu de votre spatialisation ! Enfin en théorie …

Hélas tous les plug-ins ne sa valent pas, tant en terme d’ergonomie, que de résultat. Passionné par le sujet je vous propose un petit comparatif de 3 plug-ins majeurs.

Présentation des plug-ins

  • Spatial Audio Designer de chez New Audio Technology qui permet des spatialisations jusqu’en 13.1 et qui rajoute d’office des environnements acoustiques. Selon l’algorithme choisi, cela peut colorer franchement le son, on aime ou n’aime pas …
  • Binauralizer de chez NoiseMakers (Cocorico), supporte le 5.1 et le 7.1. Facile à utiliser car si on le place sur chaque « piste », il suffit d’un bus stéréo et il remplace le panoramique. Placé sur un bus 5.1, il binauralise celui-ci en toute simplicité. Possibilité de personnaliser les HRTF via des fichiers SOFA (Spatially Oriented Format for Acoustics).
  • NX-Virtual Mix Room de chez Waves, limité également au 5.1 et surtout conçu pour downmixer du 5.1 en binaural, pas vraiment pour spatialiser des objets.
    Il présente l’avantage de pouvoir ajuster les HRTF à sa morphologie et d’avoir une option de headtracking (par webcam ou par l’ajout d’un objet sur le casque) que je trouve être un pur gadget. Voir sur audiofanzine le commentaire que j’en avais fait à sa sortie.

Méthodologie

Pour juger du résultat de chacun, comme je l’avais fait en tournant autour de ma tête artificielle (voir ma page son binaural), j’ai fait tourner au panoramique le son de clés dans un mixage 5.1, format commun aux 3 plugs.

Voici une vidéo qui montre le trajet effectué, et qui correspond lorsqu’on est en vrai 5.1, à un cercle autour de soi. Hélas, comme vous pourrez le constater, l’audio en prend un sacré coup au passage dans l’encodeur AAC, lié au format vidéo mp4.

 

Au passage j’en profite pour vous faire constater que les artéfacts et le phasing créés par l’AAC ne sont pas présents si la spatialisation est native (tête artificielle).
Attention, dans la vidéo qui suit, pour tester les effets de l’encodeur, j’ai simplement mis la captation réelle autour de la tête sur les images de la rotation artificielle. La position audio n’est donc pas forcément celle du point blanc à l’image.

 

Du coup, impossible d’utiliser la vidéo pour juger de la qualité de chacun des plug-Ins.

Il faudra vous souvenir du mouvement en écoutant les extraits audio ci-dessous :
Pour profiter au mieux de ce comparatif, utilisez un casque plutôt que des écouteurs intra-auriculaires.

Mon avis :

En terme de spatialisation et surtout de précision du mouvement, Waves est très en dessous des autres, le plan arrière n’apparaît pas du tout à l’arrière mais semble plutôt traverser la tête. S’il fait illusion sur de la musique spatialisée, çà s’arrête là !

Entre NAT et NoiseMakers, mon cœur balance : Le spatial audio Designer est clairement le plus performant à la fois en terme d’interface (tous les objets audio sont représentés dans une seule fenêtre de spatialisation) et en terme de respect de l’espace : Le mouvement est très continu, exactement comme il a été programmé. Mais : il y a toujours une acoustique de pièce qui est rajoutée et qui peut parfois altérer les timbres de votre mixage.

Le mouvement est un peu moins respecté avec NoiseMakers, notamment lorsqu’on passe du plan avant à arrière (la prochaine version 1.4 va corriger ce point en rééquilibrant le volume des canaux arrières). A sa décharge (contrairement à Waves), on peut supposer que les HRTF utilisées ne sont pas forcément adaptées à ma morphologie. A vous de juger si c’est la cas pour vous aussi …
Cependant, il a le gros avantage d’être très transparent sur les timbres, ce qui est un énorme atout, et d’une simplicité déconcertante, surtout si vous binauralisez votre mix 5.1. NAT nécessitera un peu plus de temps pour le choix du preset de virtualisation de pièce et pour adapter la courbe du casque.

Je vous laisse juger de la qualité de chaque plug sur un mix 5.1. S’agissant de chanson française, seule les réverbs sont spatialisés sur l’arrière. Le piano occupe légèrement l’espace arrière pour lui redonner de la dimension.
Et pour se faire une idée de l’altération des timbres, le mixage stéréo traditionnel sert de référence !
Concernant l’espace, si le mixage stéréo donne une certaine proximité, les mixages binauralisés respirent beaucoup plus et donnent moins l’impression d’être « dans la tête ».

Encore une fois, le Waves Virtual Mix Room est très en dessous de la qualité des 2 autres.

Un grand merci à Alexandre M. pour sa contribution au traitement par NX-Waves.


Partager
Partager