Category Archives: Prises de son et Mixages

  • -

Test du PianoMic de chez Earthworks Audio

Ce micro particulier (connu aussi sous la référence PM40T) est suffisamment rare pour que Oreilles Délicates vous fasse profiter d’un petit test comparatif, réalisé à l’occasion de son prêt par ShowRoom audio.

Sa mise en oeuvre est aisée puisque la barre qui supporte les 2 capsules coulisse en 2 points différents, permettant ainsi de positionner chacun des petits cols de cygnes avec une certaine marge de manœuvre, tout en s’adaptant à la largeur des cadres de piano.

Nous n’avons pas tous les mêmes attentes d’une prise de son de piano, aussi que chacun se fasse sa propre idée grâce aux différents extraits ci-dessous. S’agissant d’un 1/4 de queue, je n’ai utilisé que des “paires” de micros. Le gain est rigoureusement identique sur chaque paire, mais pour ne pas fausser l’écoute par la différence de niveau, le PM40T, un peu moins sensible, a été augmenté de 3dB sur les fichiers en écoute.
Les PM40T comme les QTC30 de chez Earthworks également, étaient sur préamplis GML 8300 séries II
Les Audix SCX25 (voir photo pour leur position) et les DPA 4060 (pendus à 50 cm au dessus des cordes, visibles juste en haut de la photo) étaient sur préamplis Horus de Merging-Technologies.

Prêts ?
A vos oreilles :

Comme chacun a son avis, je vous donne le mien : clairement les QTC respirent plus, procurent plus d’espace et sont beaucoup plus respectueux des transitoires d’attaque. Visiblement le PM40 n’a pas hérité des recherches menées sur la série QTC pour les rendre Time Coherent…

Bien qu’équipé de capsules omni, le PM40T rend assez peu les résonances de la table d’harmonie par rapport aux QTC ou aux 4060:

Quant à la profondeur des basses …

Ma conclusion : le PM40T est malgré tout un très bon système de captation mais sans doute plus approprié à une utilisation en sonorisation car il permet de travailler couvercle fermé. A voir comment il réagit au larsen et à la proximité récurrente des ampli basse…
En utilisation studio on fait mieux à mon goût, pour moins cher et plus polyvalent.


De Gentilshommes en studio

C’est au studio Oreilles Délicates que le chœur d’hommes parisien  “Les Gentilshommes”  (ex chœur des Ombres) a élu domicile pour une petite semaine. L’objectif  ? Enregistrer 12 pièces de son répertoire actuel pour sortir son premier album.

L’ambiance est détendue, mais le projet avance à bonne allure. C’est une évidence, le groupe a parfaitement préparé l’opération et le directeur musical Ritz W. Rakotomalala sait mener ses chanteurs là où il l’entend.
Le résultat sera à la hauteur : Une musique savoureuse, interprétée avec sensibilité.

Voici deux petits extraits (non masterisés) saisis lors de cette première journée de travail.

N’hésitez pas à contacter le chœur par son site internet ou sa page facebook pour vous procurer très bientôt l’album complet ou organiser un concert.


Logo Universal Music

Universal Music distribue un disque enregistré chez Oreilles Délicates

Encore une bonne nouvelle : cette fois c’est le troisième album de Nicolas GUAY, qui vient d’être signé sous le label Contrastes Records, distribué par Universal Music.
Contrastes Records s’attache selon ses propres termes à délivrer de somptueux enregistrements, et est spécialisé dans la guitare classique.Nous ne sommes pas un label élitiste, plutôt un label pour un public d’élite“.

Beau compliment donc, quand on sait que ce disque a été signé immédiatement après la première écoute. Sans doute le résultat du soin apporté à la prise de son et à l’intransigeance de Nicolas sur ses interprétations.

Nicolas Guay

Il faut dire que nous avons affaire à l’un des meilleurs guitaristes français, dont la virtuosité rivalise avec la musicalité.
Jugez par vous même avec ces 2 petits extraits, en attendant le disque qui comporte 10 compositions de Nicolas, dont une Sonate dédiée à Paco de Lucia.
Sortie annoncée pour octobre.


Un disque d’exception distribué chez Harmonia Mundi

C’est officiel, le disque enregistré en février dernier par le duo Intermezzo au studio Oreilles Délicates sortira le 6 octobre chez Klarthe Records, avec une distribution PIAS / Harmonia Mundi.
Ce disque regorge de petits trésors musicaux, interprétés avec brio par Marielle Gars au piano et Sébastien Authemayou au bandonéon.
Comme un incroyable kaléidoscope, la luminosité et la sensibilité des musiques latines vous transportent sous le soleil de São Paulo, dans les ruelles de La Havane, de Buenos Aires à Mexico.
Pour vous en convaincre, jetez une oreille attentive à la bande annonce ci-dessous.

Et pour mémoire, gage de la qualité de l’interprétation, ce disque est estampillé “Le choix de France Musique” !
France Musique


Un long métrage mixé en 5.1 et présenté à Cannes

Après une longue attente, liée à la participation au concours international du festival de films de Cannes, nous avons enfin le plaisir de vous présenter quelques extraits du long métrage  “L’amour Imaginaire”.

Avec des images magnifiques, où chaque plan est travaillé comme un tableau de peinture, notamment pour la mise en lumière, le son ne pouvait pas être en reste.
Aussi, toutes les musiques, signées Tao FENG, et interprétées pour partie par le quatuor de Fourvière, ont été mixées en surround 5.1 pour qu’elles soient particulièrement enveloppantes.
Rassurez-vous, afin que chacun puisse en profiter, dans la démo ci-dessous, le 5.1 a été transformé en son binaural et vous plonge en totale immersion sonore.
Mettez votre casque audio et lancez la lecture, vous serez conquis !


  • -
Duo Intermezzo

En route pour l’Amérique du sud

C’est en compagnie du Duo Intermezzo que se déroule le voyage. Confortablement installés au studio Oreilles Délicates, Marielle Gars et Sébastien Authemayou, musiciens talentueux et spécialistes du “Tango nuevo”, émancipent leur répertoire en visitant des contrées musicalement pas si éloignées que çà de l’Argentine. Issue de Cuba ou encore du Brésil, la musique, arrangée de main de maître par Sébastien pour anches et marteaux, est parfois chaloupée, parfois méditative, ou invite à la danse.

Le duo n’en est pas à son coup d’essai et c’est donc sans surprise que ce disque, troisième collaboration avec Frédéric FINAND, a obtenu l’estampille “Le choix de France Musique” et sera distribué par Harmonia Mundi.

La prise de son intégrant une tête artificielle, le mixage sera décliné en stéréo traditionnelle et en son binaural, avec l’espoir d’être diffusé sur “Nouvoson”, la chaine dédiée de Radio France.

Comm une “invitacion” (c’est le titre de l’album) à acheter le disque, voici 2 petits extraits, bruts de prise de son et sans mastering, un son bio !


  • -

Chansons à savourer

Encore un disque parti au pressage : “Une après-midi d’été”, dernière production de Pierre Delorme, qui avait décidé de signer cet album tout seul avec sa guitare, ou plutôt ses guitares.
Autant dire qu’avec aussi peu d’éléments, le son est à rude épreuve et ne souffre d’aucune médiocrité.
L’option a donc été de souligner le caractère intimiste pour que la voix de Pierre égrène les vers comme s’il était dans votre salon.
Pour les connaisseurs, tout a été enregistré en 88,2 kHz et 24bits et ce format a été conservé jusqu’à la dernière étape de mastering.

Profitez de ces deux petits extraits pour goûter en avant première aux textes savoureux, aux guitares pétillantes et délicieuses et au son velouté.
Un véritable petit délice pour ces fêtes de fin d’année.

En qualité wav uniquement, parce qu’un champagne ne se déguste pas dans un gobelet !

 


Emergences Jazz(s)RA : 3eme captation

“Les Comptes de Korsakoff”, 3ème groupe français sélectionné et aidé par Jazz(s)RA était dans notre studio le 27 juin. Les caméras d’Opossum Production également puisque comme pour “Six Ring Circus” et “OG loc 5tet”, cette captation est désormais disponible sous forme de vidéo (voir ci-dessous).

Pas étonnant que ce groupe ce soit retrouvé programmé aux “inclassables” de Lyon le 21 juin dernier, car il pratique une musique hybride, aux frontières du jazz et du hip-hop. Prenez une rythmique à la fois groovie et incisive, une section de cuivres percutante, une guitare tantôt funk tantôt rock et un piano fender très jazzy. Ajoutez une voix captivante et saupoudrez une dose de violoncelle innatendu : vous obtenez “The monologue of the Beggar”

Et le résultat masterisé avec les images :

 


Partager
Partager